Le top 10 anti déprime pour gérer votre retour en France !

Vous rentrez en France cet année ? Pas de stress ! Mathilde, du blog My Tailor is an expat, expatriée à Bangkok, vous livre toutes ses astuces pour éviter la déprime du retour et contrer ainsi tous les préjugés qui ont le vent en poupe chaque année à cette période dans les médias ! :-)  

ll fut un temps où l’on nous parlait beaucoup de la déprime de la femme d’expat. Comme il n’y a pas moyen d’être heureux plus de deux minutes dans ce bas monde, la mode est aujourd’hui aux articles consacrés à la dépression du retour d’expat. Car, attention, amis expatriés, il paraît vous êtes en train de manger votre pain blanc ! Quand le glas du retour en France sonnera, ça ne va pas être de la tarte.

Heureusement, si vous vivez mal ce retour (que personne n’attendait?), vous serez dans l’air du temps et vous pourrez trouver de l’aide. Sites internet, groupes de soutien, coachs spécialisés se partagent ce florissant marché qu’est le ”retour d’expat”. Je me demande bien ce qu’ils pourront faire de plus pour vous que ce que je m’apprête à partager avec vous ?

La déprime post-expatum*, elle ne passera pas par vous !

* Modèle déposé My tailor is an expat.

Vous rentrez en France cet été ou craignez de devoir le faire un jour ? Mettez tous les bons souvenirs de côté et rappelez-vous : votre expatriation, ça n’a pas été les grandes vacances tous les jours et, en comparaison, il y a des choses en France qui vont être super !! Soyez confiant(e) et jetez-vous dans le grand bain avec le même entrain que lorsque vous avez mis les pieds à l’étranger pour la première fois.

1-    La galère administrative

Apparemment, de retour au bercail, vous allez vous arracher les cheveux avec l’Administration française. Errer dans les couloirs de la Sécu à la recherche de dossiers perdus, inscrire à l’école des enfants scolarisés jusque là dans des systèmes improbables, expliquer son parcours à Pôle Emploi ou à la CAF… Mais à qui cela fait-il peur ?

Certainement pas à vous qui avez connu bien pire et avez mâté des interlocuteurs coriaces dans le monde entier ! Piles de documents à remplir en langue locale et tonnes d’autres à faire certifier par de sombres agents assermentés… Officiers de l’immigration retors, banquiers méfiants qui ne vous laissaient rien faire sans votre mari, policiers corrompus et crapuleux, douaniers trop zélés ou autres interlocuteurs vicieux qui ont toujours fait mine de ne pas comprendre votre accent…  Maintenant que tout va se faire dans votre langue natale, vous allez vous surpasser !

2-    La difficile ré-adaptation

On nous dit aussi que psychologiquement, ça ne va pas être facile. Vous allez avoir du mal à renouer avec votre entourage, vous allez vous sentir en décalage avec votre nouveau pays et ses habitants, vous allez osciller entre tout faire pour vous adapter ou batailler pour garder votre identité et maintenir des habitudes chères à vous et votre petite famille.

Bref, rien qui n’ait pas été votre sport quotidien durant vos années au loin, non ?

3-    Le tissu social, l’environnement amical

En quittant la vie d’expat, vous allez être arrachée au cocon rassurant qu’est l’association d’Accueil de votre ville, laquelle vous a si bien entourée pendant cinq ans. Et qui va vous accueillir à bras ouverts de l’autre côté, qui va organiser un grand Café en septembre pour relancer votre vie sociale ? Paris Accueil ou Lyon Accueil ? Point du tout !

Vous avez si peur de vous sentir seule… Allez, vous avez bien ou une deux copines qui seront contentes de vous retrouver. Mais vous avez répété à qui voulait l’entendre que vous vous êtes éloignée d’elles car votre vie est devenue tellement plus riche que la leur ? Ce n’est pas grave, elles n’en savent rien. Et un déjeuner avec une vraie vieille copine, même si on a un peu moins de choses en commun qu’avant, ça ne vaudrait pas 100 cafés avec 25 bénévoles de l’association d’Accueil ? Voir même tous les ateliers sculpture sur savon du monde ?

4-    Retour à l’anonymat

A l’étranger, même le plus grand des losers est quelqu’un : il n’est pas comme les gens de son pays d’accueil, il est un Français de l’étranger. Alors, c’est sûr, en rentrant en France, retour à l’anonymat total. De nouveau, vous ne serez plus qu’une Française parmi toutes les autres.

C’est vrai, personne ne se retournera plus sur vous quand vous parlerez Français à vos enfants dans la rue, personne ne vous demandera plus de quel beau pays vous venez ni depuis combien de temps vous vivez là, personne ne vous complimentera plus sur votre accent so frenchy ou sur votre style Sôôô Paris ?… Mais heureusement, plus aucun chauffeur de taxi ne vous récitera avec fierté la liste des joueurs de l’équipe de France de 1996, jamais plus on ne vous demandera en ricanant « Voulez-vous coucher avec moi ce soôôôir ? », vous ne prendrez plus jamais le risque d’entendre (et de peut-être comprendre) « Il est mignon ce gamin mais sa Maman, elle a vraiment une drôle de tête », et l’été, plus personne non plus ne vous demandera d’un air moqueur si vous ne voyez que des Français. Ouf !

5-    Les enfants
  • Petit A, vous aviez une nanny à plein temps dans votre/vos pays d’accueil.

Vous n’aurez donc pas le temps de déprimer lors de votre retour en France. Redécouvrir vos enfants, apprendre qu’à 10 ans, ils ne savent pas s’habiller seuls ou qu’ils ont besoin d’un adulte pour jouer aux Playmobils, voilà qui va occuper vos journées.

  • Petit B, vous étiez dans un pays où l’aide à la petite enfance était inexistant.

A vous la liberté ! Car en France, il y a des crèches et l’école ne termine pas à 15h ! La simple joie de boire un café seule en terrasse vous fera oublier toute nostalgie de votre soi-disant trépidante vie d’expat d’avant. Car maintenant que vous rentrez, vous pouvez l’avouer : vous qui avez mis au monde trois enfants à l’étranger, tout ce que vous avez connu de rencontres enrichissantes avec les locaux se résumait à des rendez-vous de pédiatres et des playdates dans votre quartier. Oui, vous venez de passer 5 ans assise en rond sur des tapis de mousse avec vos amies locales à chanter en boucle (et mimer) ”Twinkle twinkle little star”. La France, ça va être passionnant !

Pour connaître les 5 autres tips anti-déprime de Mathilde, rendez-vous ici !

Vous êtes sur le point de rentrer en France ? Dites-nous en commentaires quelles sont vos pires inquiétudes !

Vous êtes déjà passé par là ? Racontez-nous vos tips et vos anecdotes les plus drôles (ou pas!)

Si cet article vous a plu, on vous conseille également :

  1. Retraite des expatriés : 10 ans après le retour pour racheter vos trimestres
  2. Guide pour votre expatriation au Canada !
  3. S’expatrier pour « Quitter la France ! »… Et après ?
  4. Top 10 des clichés pour l’expatrié de retour en France
  5. Un jeu photo pour parler de votre expatriation, ca vous tente ?