Les jeunes chômeurs sont deux fois plus nombreux à vouloir s’expatrier

Article paru sur Challenges.fr

Selon une étude récente,  27% des jeunes en recherche d’emploi sont prêts à quitter la France, soit une hausse de 14 points par rapport à 2012.

En apparence, en ce début d’année 2013, les jeunes diplômés n’ont pas le blues. Parmi ceux qui ont un job dans le secteur privé, ils sont 65% à être totalement sereins sur leur avenir professionnel dans l’entreprise, soit une hausse de 12 points par rapport à l’an passé, selon le cabinet Deloitte qui réalise son deuxième baromètre sur « l’humeur des jeunes diplômés »*. L’optimisme favorise la prise de risque : la proportion de jeunes qui envisage son avenir professionnel à l’étranger est bien plus importante qu’il y a un an. Ils sont 27% parmi ceux qui recherchent un emploi sont prêts à quitter la France, soit une hausse de 14 points par rapport à 2012.

Un chiffre qui n’est guère étonnant, puisque la nouvelle génération d’actifs émet des réserves sur les mesures actuellement prises par le gouvernement en matière de lutte contre le chômage.

Contrat de génération ou emplois d’avenir, les mesures du gouvernement Hollande ne font pas l’unanimité auprès de la jeune génération. Peu sensibles à ces nouveaux outils, ils pensent surtout qu’il faut « développer la formation » (48%) pour mieux les adapter aux besoins du monde du travail et« soutenir la compétitivité des entreprises » (47%). Près d’un jeune sur deux (47%) recommande également de « baisser la fiscalité des « entreprises » et ainsi leur donner de l’oxygène sur leur trésorerie. Le contrat de génération et les contrats aidés ne convainquent quant à eux respectivement que 24% et 23% des jeunes.

17% prêts à bénéficier du contrat de génération

De même, ils ne sont que 16% à trouver utiles les licenciements économiques pour inverser la courbe du chômage. « Les jeunes préfèrent des mesures de fond qui porte sur la compétitivité, plutôt que des mesures d’assistance ou qui ont une portée sociale », relève le cabinet d’études.

Sur le contrat de génération en particulier, 85% des jeunes salariés interrogés sont néanmoins favorables pour être formés par un senior. Mais cet engouement faiblit quelque peu lorsqu’il s’agit de« travailler en binôme » avec ce même senior (78%). Au final, seuls 17% des jeunes se disent prêts à bénéficier d’un contrat de génération.

Lire la suite de l’article sur Challenges.fr

Si cet article vous a plu, on vous conseille également :

  1. Les jeunes, premiers candidats à l’expatriation
  2. Tout savoir sur Erasmus, le programme d’études pour les jeunes en Europe
  3. Les jeunes ont l’expatriation en poupe !