Quid de l’assurance santé en expatriation

Une des préoccupations les plus importantes lors de vos démarches administratives pour votre expatriation est certainement votre santé et celle de votre famille, et à juste titre !

Eh oui, car si en France, on prend la (mauvaise?) habitude d’être le plus souvent très bien couvert côté santé … on en attend souvent de même en partant à l’étranger … mais cela n’est pas toujours évident de s’y retrouver dans les méandres des possibilités pour choisir la couverture qui convient… nous allons donc tenter de vous aider à y voir plus clair !

Important : Si vous êtes déjà expatrié et possédez donc un contrat d’assurance santé, pensez à revoir vos conditions et tarifs, et éventuellement à aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte ! En effet, votre contrat d’assurance arrive à échéance au 31/12 de l’année, et vous avez 2 mois pour le dénoncer, donc avant novembre… pensez-y ! Il n’y a pas de petites économies ! :-)

Comme on le disait donc, en partant vivre à l’étranger, vous perdez de facto les bénéfices du dispositif de protection qu’est la sécurité sociale. Eh oui, cette dernière ne dépasse malheureusement pas les frontières !

En matière de protection sociale, en tant qu’expatrié, vous devez donc vous soumettre à la loi du pays où vous vous trouvez, avec ses avantages, ses inconvénients, mais parfois aussi les insuffisances du système de protection sociale local. La situation des expatriés est donc variable d’un pays à un autre.

Si le système de protection sociale de votre pays vous parait insuffisant par rapport au système français, vous avez donc deux possibilités qui s’offrent à vous :
- souscrire à un régime de base à la Caisse des Français de l’étranger (CFE), et éventuellement prendre une complémentaire santé en sus si vous souhaitez encore une meilleure protection
- souscrire à une assurance santé complète, vous assurant dès le « 1er € de dépense »

> L’assurance en complément de la CFE

L’avantage principal de la CFE réside tout d’abord dans le fait qu’il s’agit d’un système de sécurité sociale, ne prenant donc pas en compte l’état de santé de la personne au moment où elle adhère, et sans plafond de dépenses.  De plus, la CFE est coordonnée avec la sécurité sociale française, ce qui permet d’éviter de perdre ses droits lors de son retour en France. La CFE permet donc une continuité avec le régime obligatoire français.

Néanmoins, la CFE a aussi des inconvénients. Elle obéit à la règlementation française, notamment en matière de remboursement. Par exemple, si vous effectuez des soins à l’étranger, la CFE vous remboursera sur la base des tarifs français pour les mêmes soins. Dans certains pays, comme les Etats-Unis par exemple, les tarifs des soins médicaux sont beaucoup plus élevés qu’en France. Il peut donc y avoir un différentiel important. Pour atténuer cette limite du système, il faut prendre une assurance complémentaire, appelée « Complément CFE » (fonctionnant de la même manière que votre mutuelle en France).

La CFE a crée de nombreux partenariats avec des assureurs complémentaires privés, ce qui simplifie les démarches et surtout les délais des remboursements.

L’adhésion à la CFE n’est pas gratuite ! Le barème de cotisation dépend de plusieurs facteurs dont le principal est le niveau de revenu. En France, c’est un système proportionnel en fonction des revenus. A la CFE, il y a un plafond et un plancher, et l’écart de cotisation varie de un à deux. Autrement dit, même si vous avez de faibles revenus, vous devrez tout de même payer une cotisation à la CFE. Vous avez la possibilité de payer moins, mais pour cela il faut en faire la demande auprès des autorités consulaires de votre pays de résidence pour obtenir une aide

A noter : l’adhésion à la CFE ne vous dispense pas de l’affiliation à la Sécurité Sociale de l’État d’expatriation lorsque celle-ci est obligatoire.

> L’assurance complète, dite « Au 1€ euro »

Vous avez la possibilité de ne pas souscrire à la CFE, et de prendre une assurance privée qui vous couvrira vos dépenses de santé, selon le niveau de remboursement choisi.

Si vous êtes jeunes et partez pour une durée limitée (de 3 mois à 2 ans le plus souvent), sachez que de nombreux assureurs proposent des assurances adaptées, et donc à plus petits budgets :-) .

Nos conseils ?

Les tarifs varient selon plusieurs critères : votre pays d’expatriation, votre âge et votre situation familiale.
Faites donc des devis dans différents organismes, à la fois pour la CFE + complément et pour l’assurance au 1er €, et comparez les tarifs et niveaux de couverture.
Faites également attention car il y a souvent un plafond annuel de limite de remboursements.

Pensez également à regarder les services connexes, car certains peuvent s’avérer utiles, comme le tiers payant hospitalier mondial, un centre d’appel multilingue, un accompagnement dans les procédures médicales, un remboursement global et unique de vos frais médicaux dans la devise de votre choix, etc.

Pensez aussi aux garanties d’assistance rapatriement… on ne sait jamais !

Besoin d’aide ?

On est là !
Vous pouvez consulter l’ensemble de nos partenaires dans notre Guid’Expat Santé. N’oubliez pas de leur glisser que vous les contactez de notre part ! :-)

Allez, bon courage, bientôt tout cela n’aura plus aucun secret pour vous ! :-)

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Corinne Rochette

    La CFE n’offre pas qu’un service d’assurance santé mais aussi une service retraite…

  • expatunited

    Oui, tout à fait, mais là nous n’avons abordé dans cet article que le sujet santé :-) … on fera un article retraite prochainement