Portrait d’une ambassadrice exemplaire expatriée dans le Kentucky !

Aujourd’hui, l’équipe d’Expat United avait envie de mettre sous les feux des projecteurs pour cette nouvelle interview l’une de nos plus actives membres et Ambassadrice d’Expat United !
Lorène, expatriée à Lexington, dans le Kentucky, dégaine en effet plus vite que son ombre pour répondre aux nombreuses questions de la communauté, et rassurer avec sa gentillesse exemplaire les futurs expatriés de par ses précieux conseils.
Grâce à elle, notre slogan « Be expat… Be united » prend une nouvelle fois tout son sens … celui qui donne une raison d’être à Expat United et nous donne l’envie et l’énergie de continuer cette aventure, pour permettre à tous les français de l’étranger et futurs expatriés de se connaître et de s’entraider tout au long de leur parcours d’expatriation.
Donc pour toutes ses raisons…. un seul mot : Merci Lorène ! :-)
Nous vous laissons donc la découvrir :-)
  • Expat United : Depuis combien de temps es-tu expatriée aux États-Unis ? Quelle est ton activité ? Ton parcours personnel et professionnel ?

Même si je suis née à Paris où j’ai passé pas mal de temps, je suis également une fille du monde. En effet, enfant, j’ai eu la chance de suivre mon père dans ses pays d’expatriation. J’ai ainsi passé une partie de mon primaire au Rwanda, Kigali (1987-1991), et mon collège au Viêt Nam, Hô Chi Minh Ville (1994-1998). De quoi découvrir d’autres modes de vie et développer un goût prononcé pour les voyages (Tchad, Île Maurice, Tunisie, Maroc, Espagne, Benelux, DOM-TOM…).

Puis, c’est dans ma vie professionnelle que j’ai pu m’internationaliser à nouveau. J’ai fait un stage au Centre régional d’information des Nations-Unis (Belgique, Bruxelles – 2004), ai été stagiaire puis vacataire à la Cellule de veille et de crise du ministère des Affaires étrangères (2006), avant de finir sur le plateau médical international d’AXA Assistance (2007-2008).
Dans le genre plus franco-français, j’ai travaillé en tant que chargée de communication au sein du Service d’information du gouvernement (2005) et à l’Urssaf de Paris-région parisienne (2008-2011).

Et depuis le 6 mars 2011, je vis aux États-Unis…

  • Expat United : Qu’est-ce qui t’a motivé à partir ? Départ à l’aventure ou bien préparé? 

Après plusieurs candidatures et quelques entretiens pour obtenir un postdoc (CDD pour jeune chercheur), mon mari reçoit un appel : l’Université du Kentucky veut l’embaucher. Affaire conclue, nous partirons vivre à Lexington, KY, USA.

Après l’enthousiasme de la nouvelle (en tant qu’enfant expatriée j’ai toujours rêvé de repartir vivre à l’étranger), arrive le moment des interrogations. Heureusement, on peut compter sur Internet pour répondre à nos questions : Lexington est la deuxième plus grande ville du Kentucky (422 000 habitants avec l’agglomération), et se trouve dans le comté de Fayette dans la région de Bluegrass. Vous me direz qu’il s’agit d’une ville de campagne… C’est vrai, mais célèbre pour ses chevaux, son bourbon et sa musique. Par ailleurs, mesdames, je vous annonce que Georges Clooney est originaire de cette ville… What else ?

« Devant le Capitol de Frankfort »

  • EU : Comment s’est passé l’intégration dans ton pays ?

Très bien. En fait, comme nous travaillons et vivons sur le campus (j’ai trouvé un poste de residence manager), il nous a été facile de rencontrer de nouvelles personnes. On a donc pu compter sur ce nouveau réseau pour nous aider à découvrir cet étrange pays (si, si) et à survivre aux différentes démarches.

En revanche, je dois reconnaître que nous côtoyons plus d’étrangers que d’Américains. Ces derniers sont très souriants, serviables et accessibles au premier abord, mais créer une véritable relation d’amitié est plus difficile.
Bizarrement, il y a un vrai état d’esprit européen qui est d’ailleurs très proche de celui des personnes d’Afrique, du Moyen-Orient ou d’Amérique latine. C’est un peu les USA contre le reste du monde ;-)

« Lexington’s Downtown »

  • EU : 3 choses que tu adores dans ton pays d’expat ?

Les restaurants. Ils sont beaucoup moins chers et très copieux. De plus, les boissons non alcoolisées sont souvent à volonté (je suis devenue accro à la lemonade), et on peut repartir avec sa box si on n’a pas réussi à finir son plat.

Découvrir que les séries et les films sont souvent proches de la réalité : le bal de promo, les groupes dans les lycées, les fraternités et sororités, l’importance de la communauté, les quartiers résidentiels avec leurs desperate housewives…

Le regard des gens qui est pratiquement inexistant et qui favorise le zéro complexe. Bien que ne m’y pliant pas, je suis toujours amusée de voir des personnes en pyjama au supermarché, ou des femmes obèses en tenues très courtes et moulantes. La définition de la liberté ?

  • EU : 3 choses que tu détestes dans ton pays d’expat ?

Le manque d’ouverture d’esprit. En particulier concernant le racisme (hélas très présent) ou la religion (comment ça tu ne vas pas à l’église ?).

Le coût de la vie qui est très élevé (et je viens de Paris), mais surtout le fait de ne jamais connaître le prix final à l’avance. En effet, tous les tarifs sont affichés hors-taxes et ces dernières varient selon les produits ou l’État dans lequel on se trouve. De plus il y a souvent des frais cachés (de gestion, de livraison…). Sans parler du tip (pourboire) qu’il faut systématiquement ajouter (entre 10 et 20% de l’addition). C’est ainsi que la pizza commandée 11$ vous revient finalement à 16$.

Les démarches administratives. Comme en France c’est long et compliqué, sauf qu’ici en plus c’est cher. À titre d’exemple, il faut payer 400$ par an pour avoir une autorisation de travail.

  • EU : Les 3 choses qui te manquent le plus de France ?

La nourriture. Il ne faut pas croire que l’on mange mal aux USA, mais disons que ce n’est pas très varié (hamburger, fried chicken, burgoo, biscuit, cole slaw, carrot cake…). Et puis, rien ne remplace un bon fromage qui pue !

Le métro-boulot-resto-dodo. Je me rends compte que je suis une vraie fille de la ville.

Mes amis et ma famille. Malgré les progrès technologiques (Skype et tout le reste), rien ne vaut une soirée ou un week-end avec ceux que l’on apprécie. Sans oublier mon chat.

  • EU : Les 3 choses qui te manquent le moins de France ?

Les grèves.

Les embouteillages (périph, pont de Nogent…).

Le camion poubelle qui me réveille à 5h45 le matin.

  • EU : Les projets pour l’avenir ? Envie de rentrer en France ? De faire un autre pays d’expatriation ?

Un bébé pour septembre (ndlr : Félicitations !!!!)
Un nouvel emploi plus proche de mon domaine de prédilection (les recherches commencent).
Un retour en France avant un autre pays ?

  •  EU : Tu es Ambassadrice d’Expat United. En quoi consiste ton rôle ?

J’essaie de répondre au mieux aux questions de mes compatriotes, de relayer les bons plans et les infos utiles. J’aimerais en faire d’avantage, comme organiser un BBQ, mais je suis assez éloignée des autres. Mais bon, si un jour vous passez dans le Kentucky, n’hésitez pas à me faire signe ! :-)

Merci beaucoup Lorène ! Bon courage pour tes recherches d’emplois, et surtout toutes nos félicitations pour cette excellente nouvelle !

Alors, ça vous a donné envie de visiter la ville de Mr Clooney ? ;-)

Pour retrouver Lorène sur Expat United, c’est par ici !
Et n’hésitez pas à aller visiter également son blog !

Vous voulez être vous aussi l’Ambassadeur d’Expat United ? Toutes les infos ici !

Et pour retrouver toute notre série d’interviews d’expats, c’est par ici !

N’hésitez pas à laisser vos impressions et commentaires ci-dessous, ca fait toujours plaisir:-)

Si cet article vous a plu, on vous conseille également :

  1. Margot, expatriée dans un petit paradis jalousement gardé secret
  • Lisa

    Super interview merci !

    Quelle est la durée de votre visa aux USA et quel est votre domaine de prédilection exactement ? (Pas bien réussi à savoir à travers vos expériences citées)

    Merci

    • http://frenchiesinlex.wordpress.com Lorène

      Merci Lisa.
      J’ai un visa J2 renouvelable tous les ans.
      Sinon mon « truc », c’est la communication et la gestion du risque.

  • http://Le-blog-de-lili.over-blog.com Lili

    Ca ne m etonne pas que tu sois une super ambassadrice !!
    Le congés mat’ existe aux US ?
    Faire les courses en pyjama ???

    • http://frenchiesinlex.wordpress.com Lorène

      Merci Lili.
      Le congés mat existe : 6 semaines (8 si césarienne) non-payées (sauf si tu as accumulé assez de jours de vacances ou maladie) à compté du jour de naissance du bébé. Certaines entreprises vont jusqu’à 12 semaines avec les même conditions. Pas cool.

      • Lisa

        6 semaines vraiment ?? Pas de congé parental par la suite ?

        Au Canada on a droit à 17 semaines max non payées mais ensuite c’est le congé paternité qui prend la suite et la sécu qui paye. On peut prendre jusqu’à 12 mois de congés mais c’est payé à hauteur de 1400 $ par mois max je crois. (Payé par l’assurance chômage) Et TOUTES les femmes ou presque le prennent !!!

        Par contre je suis super étonnée, au Canada les premières semaines sont payées par l’employeur jusqu’à hauteur de 100 %.

        Un tour du monde ici : http://www.leparisien.fr/societe/le-tour-du-monde-des-conges-maternite-07-01-2009-365155.php

        Les USA abusent grave quand même… Mais à l’inverse le Canada aussi ! 52 semaines c’est ENORME.

      • http://frenchiesinlex.wordpress.com Lorène

        Intéressant ce lien Lisa. Dommage qu’il ne parle pas de l’Asie, où par exemple en Corée du Sud le congé mat est de 12 mois afin d’inciter les familles à avoir plus d’enfants.
        Et oui, aux USA l’enfant est roi mais les parents peuvent « se brosser ». C’est la raison pour laquelle beaucoup de mères arrêtent toute activité professionnelle jusqu’à ce que leur(s) enfant(s) rentre(nt) au primaire.
        Concernant le temps de séjour à la maternité, il est de 24-48h ou de 48-72h après une césarienne.

      • Lisa

        Quel est le prix d’une crèche ? A Toronto on parle de 1600 $ par mois !!! Invivable.

      • http://frenchiesinlex.wordpress.com Lorène

        Dans le Kentucky il faut compter entre 850 et 1000$ par mois. Un beau budget aussi…

  • tcheetchee

    Concernant les amitiés je crois que n’importe ou que vous soyez dans le monde il est difficile de se faire des amis en quelques mois. Demandez à des étrangers qui s’installent en France pour quelques temps, ils vous diront que les Français sont gentils etc mais qu’il est difficile d’être amis avec eux. J’ai une amie américaine qui est venu vivre sur Paris un an et elle a fait le même constat: il a été difficile de se lier d’amitié avec des Français et n’est resté qu’entourer d’Américains. Tout est une question de culture je pense et de temps mais ce n’est pas impossible! En tout cas merci pour votre feedback! :)